Stéphane Grappelli


biography

Stéphane Grappelli (prononciation française : [stefan ɡʁapɛli] ; 26 janvier 1908 – 1er décembre 1997) est un violoniste de jazz français qui fonde le Quintette du Hot Club de France avec le guitariste Django Reinhardt en 1934. C’était l’un des premiers groupes de jazz à cordes. On l’a surnommé « le grand-père des violonistes de jazz » et il a continué à donner des concerts dans le monde entier jusqu’à ses 80 ans. [1]

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=-lVC7Zv_Hxo
Source :https://www.youtube.com/watch?v=P_lrTmLknNA

Pendant les trois premières décennies de sa carrière, il a été facturé en utilisant une orthographe gallique de son nom de famille, Grappelly, revenant à Grappelli en 1969. Cette dernière, l’orthographe italienne, est maintenant utilisée presque universellement pour désigner le violoniste, y compris dans les rééditions de ses premières œuvres.


Premières années

Grappelli est né à l’Hôpital Lariboisière à Paris, en France, et a été baptisé du nom de Stéfano. Son père, un marquis italien, Ernesto Grappelli, est né à Alatri, dans le Latium, et sa mère française, Anna Emilie Hanoque, était originaire de St-Omer. Son père était un érudit qui enseignait l’italien, vendait des traductions et écrivait des articles pour des journaux locaux. Sa mère est morte quand il avait cinq ans, laissant son père s’occuper de lui. Bien qu’il vivait en France au début de la Première Guerre mondiale, son père était encore citoyen italien et a été appelé à combattre pour l’Italie en 1914.

Après avoir écrit sur la danseuse américaine Isadora Duncan, qui vivait à Paris, Ernesto Grappelli lui a demandé de s’occuper de son fils. Il a été inscrit à l’école de danse de Duncan à l’âge de six ans, et il a appris à aimer la musique impressionniste française. Avec la guerre, Duncan, en tant que citoyenne américaine, a fui le pays ; elle a retourné son château pour l’utiliser comme hôpital militaire. Ernesto Grappelli confie son fils à un orphelinat catholique. Grappelli a dit de cette époque :

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=QAaOI0cAjhc
Source :https://www.youtube.com/watch?v=4X5aid1nxq4

Je la considère comme un souvenir abominable… L’endroit était censé être sous l’oeil du gouvernement, mais le gouvernement a regardé ailleurs. Nous dormions par terre, et souvent nous n’avions rien à manger. Il y a eu de nombreuses fois où j’ai dû me battre pour une croûte de pain[4].


L’après-guerre

Grappelli compare son enfance à un roman de Dickens[3] et dit qu’il a déjà essayé de manger des mouches pour soulager sa faim. Il est resté à l’orphelinat jusqu’au retour de son père de la guerre en 1918, les installant dans un appartement à Barbès. Après avoir été écoeuré par ses expériences avec l’armée italienne, son père l’emmena à la mairie, retira deux témoins de la rue et fit nationaliser son fils comme Français le 28 juillet 1919. 4] Son prénom « Stéfano » est devenu « Stéphane ». Il a commencé à jouer du violon à l’âge de 12 ans sur un violon de trois quarts que son père a acheté après avoir mis en gage un costume. Bien qu’il ait été envoyé en cours de violon, il préférait apprendre seul.

Mes premières leçons ont eu lieu dans la rue, en regardant d’autres violonistes jouer… Le premier violoniste que j’ai vu jouer était à la station de métro Barbès, à l’abri sous les rails du métro. Quand je lui ai demandé comment jouer, il a explosé de rire. Je suis parti, complètement humilié avec mon violon sous le bras. [4]

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=3wHIoEBKoHs
Source :https://www.youtube.com/watch?v=4rd0BrPMC88

Après une brève période d’apprentissage autonome, il entre au Conservatoire de Paris le 31 décembre 1920, dont son père espère qu’il aura la chance d’apprendre la théorie musicale, la formation auditive et le solfège. En 1923, Grappelli a obtenu une médaille de deuxième rang. 4] Son père épouse Anna Fuchs et s’installe à Strasbourg . Grappelli est resté à Paris parce qu’il n’aimait pas Fuchs. [4]


Vie personnelle

À l’âge de 15 ans, Grappelli a commencé à travailler à temps plein pour subvenir à ses besoins. Son jeu a attiré l’attention d’un violoniste âgé qui l’a invité à accompagner des films muets dans l’orchestre de la fosse du Théâtre Gaumont. Il y a joué six heures par jour pendant deux ans. Pendant les pauses de l’orchestre, il visite Le Boudon, une brasserie, où il écoute des chansons d’un proto-jukebox américain. C’est là qu’il s’initie au jazz. Il jouait dans l’orchestre de l’Ambassador en 1928 lorsque Paul Whiteman jouait avec Joe Venuti . Les violonistes de jazz étaient rares, et bien que Venuti ait joué principalement des thèmes de jazz commercial et rarement improvisé, Grappelli a été frappé par son salut quand il a joué  » Dinah « . Il a commencé à développer un style influencé par le jazz.

Grappelli a vécu avec Michel Warlop, un violoniste de formation classique. Warlop admirait le jeu jazzy de Grappelli, et Grappelli enviait les revenus de Warlop. Après avoir fait l’expérience du piano, Grappelli a cessé de jouer du violon, préférant la simplicité, un son nouveau et des prestations rémunérées à la familiarité[5]. Il a commencé à jouer du piano dans un big band dirigé par un musicien nommé Grégor. Après une soirée de beuverie en 1929, Grégor apprend que Grappelli joue du violon. Grégor emprunte un violon et demande à Grappelli d’improviser sur « Dinah ». Enchanté, Grégor presse Grappelli de revenir au violon.

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=MmMpeMLz8rg
Source :https://www.youtube.com/watch?v=TYY9fV5OhuY

En 1930, Grégor connaît des difficultés financières. Il a été impliqué dans un accident d’automobile qui a fait des morts et s’est enfui en Amérique du Sud pour éviter d’être arrêté. 6] Le groupe de Grégor se réunit comme ensemble de jazz sous la direction du pianiste Alain Romans et du saxophoniste André Ekyan . En 1931, Grappelli rencontre le guitariste de jazz manouche Django Reinhardt avec ce groupe. A la recherche d’un violoniste intéressé par le jazz, il invite Grappelli à jouer avec lui dans sa caravane. Bien que les deux musiciens aient joué pendant des heures cet après-midi-là,[7] leurs engagements envers leurs groupes respectifs les ont empêchés de poursuivre une carrière ensemble.


Discography

En 1934, ils se rencontrent de nouveau au Claridge’s de Londres, en Angleterre, et ils commencent un partenariat musical. Pierre Nourry, secrétaire du Hot Club de France, invite Reinhardt et Grappelli à former le Quintette du Hot Club de France avec Louis Vola à la basse et Joseph Reinhardt et Roger Chaput à la guitare. [8]

En 1937, la chanteuse de jazz américaine Adelaide Hall et son mari Bert Hicks ouvrent la boîte de nuit La Grosse Pomme à Montmartre . Elle divertissait tous les soirs et engageait le Quintette comme l’un des groupes de house. Le salon artistique du R-26, où Grappelli et Reinhardt se produisaient régulièrement, se trouvait également dans le quartier[9]. [10]

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=S4kf5aU1Wtg
Source :https://www.youtube.com/watch?v=kp7_jpgfyl0

Pendant les trois premières décennies de sa carrière musicale, Grappelli a été facturé « Stéphane Grappelly », une forme galicisée de son nom. Il a repris l’orthographe italienne de son nom de famille, dit-il, pour empêcher les gens de prononcer son nom de famille « Grappell-eye ».


Albums

Le Quintette du Hot Club de France a été dissous en 1939 au début de la Seconde Guerre mondiale ; Grappelli était à Londres et y est resté pendant la guerre. En 1940, le pianiste de jazz George Shearing fait ses débuts comme sideman dans le groupe de Grappelli.

En 1949, Reinhardt et Grappelli se réunissent pour une brève tournée en Italie et font une série d’enregistrements avec un groupe italien. Les deux ont enregistré une cinquantaine de titres durant cette période. Environ la moitié ont été compilées pour l’album Djangology (sorti en 2005).

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=jMuNjobfR3Y
Source :https://www.youtube.com/watch?v=ZQpjM8JLh9Y

Grappelli a participé à des centaines d’enregistrements, dont des sessions avec Duke Ellington, les pianistes de jazz Oscar Peterson, Michel Petrucciani et Claude Bolling, les violonistes de jazz Svend Asmussen, Jean-Luc Ponty, et Stuff Smith, violoniste classique indien L. Subramaniam, le vibraphoniste Gary Burton, le chanteur pop Paul Simon, le joueur de mandoline David Grisman, le violoniste classique Yehudi Menuhin, le chef d’orchestre André Previn, le guitariste Bucky Pizzarelli, le guitariste Joe Pass, le violoncelliste Yo Yo Ma, le guitariste de jazz et harmonica Toots Thielemans, la guitariste jazz Henri Crolla, le bassiste Jon Burr et le violoniste Mark O’Connor .


Collaborations

Grappelli a collaboré pour la première fois avec le musicien classique Yehudi Menuhin lorsque l’animateur britannique Michael Parkinson les a présentés à la télévision en décembre 1971 pour jouer Jalousie en duo. En 1976, ils sortent trois albums sur EMI. Dans l’émission de télévision[11] Menuhin jouait son précieux Stradivarius datant de 1714, tandis que Grappelli révélait que son instrument avait été fabriqué par Goffredo Cappa en 1695.

Grappelli a collaboré étroitement avec le guitariste britannique Diz Disley, enregistrant treize albums avec lui et son trio (dont Denny Wright à ses débuts), et avec le guitariste britannique Martin Taylor . Son trio parisien depuis de nombreuses années comprend le guitariste Marc Fosset et le bassiste Patrice Carratini.

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=VabRyq56Ryg
Source :https://www.youtube.com/watch?v=feAFyX5YEnc

En avril 1973, il est invité au Jazz Club « Jazz Power » de Milan, où il se produit avec un groupe de jazz italien, dont le guitariste Franco Cerri, le pianiste Nando De Luca, le bassiste Pino Presti, le batteur Tullio De Piscopo .


Références et références

Grappelli a enregistré un solo pour la chanson titre de l’album Wish You Were Here . de Pink Floyd en 1975. Cela a été rendu presque inaudible dans le mélange, et le violoniste n’a donc pas été crédité, selon Roger Waters, car ce serait « un peu une insulte ». Une version remasterisée avec la contribution de Grappelli entièrement audible peut être trouvée sur les éditions 2011 de Wish You Were Here .

Grappelli a fait une apparition remarquée dans le film King of the Gypsies de 1978 avec le mandoliniste David Grisman . Trois ans plus tard, ils se produisent en concert. Dans les années 1980, il a donné plusieurs concerts avec le violoncelliste britannique Julian Lloyd Webber . En 1997, Grappelli a reçu le Grammy Lifetime Achievement Award . Il est intronisé au Down Beat Jazz Hall of Fame.

Notre sélection de vidéos Stéphane Grappelli

Source :https://www.youtube.com/watch?v=9CDoJFmdFgA
Source :https://www.youtube.com/watch?v=VpmOTGungnA

En mai 1935, Grappelli a eu une brève liaison avec Sylvia Caro qui a donné naissance à une fille nommée Evelyne. Sylvia est restée à Paris avec sa fille pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale. Le père et la fille ont été réunis en 1946 quand Evelyne est venue de France à Londres pour rester avec Grappelli pendant environ un an. De 1952 à 1980, il partage une grande partie de sa vie avec une amie, Jean Barclay, pour qui il éprouve une profonde affection fraternelle. Cependant, Grappelli ne s’est jamais marié et il est largement admis qu’il était homosexuel ;[15][16] en 1981, il rencontre Joseph Oldenhove, qui sera son compagnon jusqu’à sa mort. [17]


bibliography

Il est décédé à Paris à la fin de l’année 1997 après avoir subi une hernie chirurgicale. Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise de la ville…

Nous remercions nos sources pour leur aide https://en.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Grappelli

Traduction – Copyright 100% Django 2018-2019